Description de l'animation de ce site Aller au menu Aller aux thèmes Aller au texte
28 mars 2012

Prison de Forest : une solution, d’urgence !

Depuis le 5 mars 2012, les 8 services d’Aide aux justiciables, plus de 60 travailleurs au total, se voient interdits d’entrée à la prison de Forest, du fait de la grève du zèle entamée par les gardiens.

La Ministre de l’Aide aux Justiciables de la Commission Communautaire Commune et en Fédération Wallonie Bruxelles, Evelyne Huytebroeck, dénonce cette situation inacceptable : « tout en reconnaissant les difficultés de travail des gardiens, il est primordial que les travailleurs sociaux dans les services d’Aide aux Justiciables puissent poursuivre leurs missions dans les meilleures conditions. En effet, ces derniers assurent, notamment, un encadrement social et psychologique des détenus, la mise en place de formations et la préparation dès le début de l’incarcération de leur sortie de prison afin de leur garantir les meilleures chances d’une réinsertion sociale réussie ».

Autant de missions qui ne peuvent plus s’exercer depuis presque un mois, hypothéquant de la sorte les garanties élémentaires permettant aux détenus une réinsertion réussie dans la société à leur sortie. Et de poursuivre : « Les tensions au sein de la prison de Forest deviennent extrêmement préoccupantes, et ce d’autant plus que les travailleurs sociaux de nos services n’ont plus droit d’entrée. Il est urgent, maintenant, que la Ministre de la Justice trouve une solution à cette grève. Je lui ai déjà communiqué ma plus vive inquiétude sur cette situation il y a plus d’une semaine, sans réaction aucune. Il importe maintenant de sortir rapidement de ce conflit ».

Lors d’une rencontre en janvier avec la Ministre de la Justice, Annemie Turtleboom , Evelyne Huytebroeck a fortement insisté pour que les futurs nouveaux établissements pénitentiaires prévus intègrent dès le départ des locaux au sein des prisons pour les services d’aide aux détenus mais également des lieux appropriés pour les visites des détenus, pour les cours, les formations et toutes les activités menées en vue d’une réinsertion des détenus à leur sortie de prison.

Entre Etat Fédéral et entités fédérées, il est d’usage que l’action (ou l’inaction) des uns, n’entrave pas le respect des missions des autres. Dans l’état actuel des choses, force est de constater que nous sommes loin du compte !

© E.Huytebroeck 2009 || contenu géré avec SPIP | graphisme Quentin Dal | animation L'Enclume | un site Vivao