Description de l'animation de ce site Aller au menu Aller aux thèmes Aller au texte
5 juillet 2012

Prison de Forest : Evelyne Huytebroeck saisit le Comité de concertation

A l’initiative d’Evelyne Huytebroeck, Ministre de l’Aide aux détenus, le gouvernement de la Communauté française a décidé de saisir le prochain Comité de concertation entre l’Etat fédéral et les Communautés concernant la problématique de la prison de Forest. Lors de ce Comité de concertation, il sera demandé à la Ministre de la Justice de prendre toutes les mesures permettant aux travailleurs des Services d’aide aux détenus de la Communauté française d’exercer leur mission.

Pour rappel, depuis le 5 mars dernier, les travailleurs des Services d’aide aux détenus (SAD) notamment ceux agréés par la Communauté française, sont dans l’impossibilité d’exercer leurs missions au sein de la prison de Forest. Cette impossibilité de travailler vient de la décision des agents pénitentiaires de ne plus assurer les déplacements des détenus. Ces déplacements sont nécessaires aux suivis et accompagnements des détenus par les travailleurs des SAD. Les agents pénitentiaires refusent de remplir cette mission tant que le niveau de surpopulation de la prison n’est pas descendu à un niveau qu’ils déterminent eux-mêmes comme acceptable.

Devant un tel blocage, Evelyne Huytebroeck a envoyé deux courriers officiels demandant à la Ministre de la Justice de se saisir du problème. « Aucune réponse ne nous est jamais parvenue », s’insurge la Ministre de l’Aide aux détenus qui pointe « la totale inaction d’Annemie Turtelboom dans ce dossier ».

Et de poursuivre : « Aujourd’hui, la situation des prisons est marquée par des conditions de détention épouvantables (état des cellules, hygiène, alimentation,…) et par de nombreuses violences. Cette situation ne peut pas permettre aux détenus de se reconstruire d’après nos règles sociétales, qu’ils devront respecter à la fin de leurs peines. Dans cette situation apocalyptique, les travailleurs des SAD essaient d’orienter la situation des détenus vers des conditions de détention plus humaines et plus positives... Mais, depuis quatre mois, ils ne sont plus autorisés à travailler. ».

Evelyne Huytebroeck conclut : « Nous ne devons pas oublier qu’une prison doit être un lieu de Justice, de respect et de développement humain. Nous y avons tous intérêt ! Une société démocratique a cette responsabilité ».

© E.Huytebroeck 2009 || contenu géré avec SPIP | graphisme Quentin Dal | animation L'Enclume | un site Vivao