Description de l'animation de ce site Aller au menu Aller aux thèmes Aller au texte
10 février 2013

Un nouveau canal d’adoption entre la RDC et la Fédération Wallonie-Bruxelles

Du 27 au 31 janvier, Evelyne Huytebroeck, ministre de l’Aide à la jeunesse et de l’Adoption était en mission à Kinshasa. Cette mission comprenait deux volets. D’une part la signature d’un protocole de collaboration visant à soutenir l’accompagnement par la Fédération Wallonie-Bruxelles de la mise en œuvre de la loi portant protection de l’enfant en République démocratique du Congo. Et d’autre part, l’officialisation de l’ouverture d’un canal d’adoption entre la RDC et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le protocole de collaboration a été signé par Evelyne Huytebroeck et par le ministre congolais des Affaires sociales, qui représentait également la ministre de la Justice et la ministre du Genre. Concrètement, le protocole vise à promouvoir le renforcement des compétences professionnelles de fonctionnaires de la RDC, des magistrats et des acteurs de la société civile. Il prévoit notamment un appui pour la création d’un nouvel Institut national des travailleurs sociaux (INTS) qui va former les éducateurs de rue qui viendront en aide aux enfants sur le terrain. Des échanges thématiques seront organisés pour améliorer la formation au sein de l’INTS et au sein du corps des assistants sociaux et autres acteurs concernés par la protection de l’enfant. Le protocole vise aussi à poursuivre le soutien de la campagne de vulgarisation de la loi portant protection de l’enfant à travers le Congo.

En ce qui concerne l’adoption, la ministre a pu constater, sur place, que le nouveau dispositif d’adoption entre le Congo et la Fédération Wallonie-Bruxelles respecte les principes éthiques en la matière, à savoir garantir que l’adoption est réalisée dans le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant comme le stipule la Convention de la Haye. Il est en effet fondamental, pour les futurs parents, d’avoir l’assurance que l’enfant qu’ils vont accueillir dans leur famille est bien adoptable, qu’il n’est pas la victime d’un rapt, d’une vente ou d’un trafic. A cet égard, Evelyne Huytebroeck s’est voulue positive : « Malgré la difficulté de la situation congolaise, notre visite auprès des instances locales et, surtout, auprès de l’association Tumaini avec laquelle nous travaillons, m’a rassurée. »

© E.Huytebroeck 2009 || contenu géré avec SPIP | graphisme Quentin Dal | animation L'Enclume | un site Vivao