Description de l'animation de ce site Aller au menu Aller aux thèmes Aller au texte
17 mars 2009

Des engagements ambitieux pour la biodiversité

JPEG - 41.4 ko
Ces engagements ont été contre-signé par P. Defranceschi (ICLEI), S. Winckler (Countdown 2010), M. Ninanne (Conseil supérieur bruxellois de la conservation de la nature) et M. Gryseels (Bruxelles Environnement).

Le 16 mars dernier, à l’initiative de la Ministre de l’Environnement, Evelyne Huytebroeck, la Région de Bruxelles-Capitale s’est engagée dans le processus international « Compte à rebours 2010 » ainsi que dans le programme « Local Action for Biodiversity – LAB ».

En 2001, à Göteborg, l’Europe s’était en effet fixée comme objectif de mettre un terme à la perte généralisée et accélérée de biodiversité pour 2010. Par la suite, cet engagement politique a été repris au niveau international – quoique de manière affaiblie (mettre un frein et non plus un terme à l’érosion de la biodiversité) – en 2002 et en 2005.



La campagne « Compte à rebours 2010 » a été lancée par l’ Union internationale pour la conservation de la nature en 2004, de manière à ce que ces ambitieux objectifs ne restent pas lettre morte et puissent être déclinés en engagements concrets et actions sur le terrain.

Il est indispensable aujourd’hui d’entreprendre des mesures supplémentaires pour relever le défi et pour passer à l’acte. Diverses évaluations montrent déjà que l’objectif de stopper la perte de biodiversité ne sera pas atteint à la date escomptée. C’est pourquoi les engagements pris par la Région bruxelloise sont des engagements forts, à poursuivre sur le long terme, au-delà de 2010.

Ces engagements concernent :
- la planification des actions que la Région entend mener pour la conservation et le développement de la biodiversité ;
- la gestion durable du patrimoine biologique bruxellois ;
- la sensibilisation, la formation et la participation du public.

En parallèle, la Région s’est également engagée dans un programme d’échanges et de partenariats entre villes du monde pour la mise sur pied d’actions locales en faveur de la nature dans un contexte urbain (programme LAB piloté par l’ICLEI - Local Governments for Sustainability).

A travers la participation à ce programme de trois ans, la Région s’engage notamment à :
- réaliser une évaluation de l’état de conservation de la biodiversité et publier un rapport sur l’état de la nature ;
- élaborer une stratégie à long terme pour la conservation de la biodiversité locale ;
- réaliser cinq projets pilotes pour la biodiversité à Bruxelles.

Et la Ministre Evelyne Huytebroeck de souligner que « pouvoir bénéficier de cette expertise internationale, centrée sur la particularité de la nature urbaine, arrive à moment très opportun. Face à l’ampleur du défi environnemental que représente la perte de biodiversité, j’ai chargé mes services de revoir de fond en comble la législation bruxelloise relative à la conservation de la nature qui était éparse, contradictoire et lacunaire. Un projet d’ordonnance cadre qui actualise et harmonise les dispositions existantes a ainsi été élaboré de manière à avoir dans cette matière une réelle effectivité. Ce projet d’ordonnance a été approuvé par le Gouvernement bruxellois en première lecture le 22 janvier dernier. L’une des innovations importantes de ce texte a trait à l’introduction d’un système de planification de la politique de conservation de la nature de manière à garantir une meilleure intégration de celle-ci au sein de toute l’action gouvernementale. L’élaboration d’un rapport périodique sur l’état de la nature ainsi que d’un plan régional nature font partie de ce dispositif. Bénéficier de l’expérience de villes comme Berlin, Paris ou Barcelone pour ce travail ne pourra être que bénéfique. »

© E.Huytebroeck 2009 || contenu géré avec SPIP | graphisme Quentin Dal | animation L'Enclume | un site Vivao