Description de l'animation de ce site Aller au menu Aller aux thèmes Aller au texte
21 juin 2010

Tremblement de terre en Haïti : après la vague d’émotion, le travail continue !

Le 12 janvier dernier, un tremblement de terre sans précédent faisait des milliers de victimes sur l’île d’Haïti. Bouleversée, la communauté internationale se mobilisait en masse pour apporter son aide.

JPEG - 33.1 ko
Ita Lafontant qui a fondé la maison d’accueil "Enfant haïtien, mon frère" et quelques-uns des enfants qu’elle a recueillis avec sa fille Rolande.

En accélérant les procédures d’adoption en cours pour 11 enfants haïtiens orphelins et en débloquant de l’argent pour la remise en état d’un orphelinat, la Communauté française a aussi apporté sa petite pierre à l’édifice de cette vaste reconstruction.

Six mois plus tard, alors que l’émotion populaire est largement retombée, où en est-on ? Que sont devenus ces 11 enfants adoptés ? Quelle est la situation sur place ? Et singulièrement celle de l’orphelinat par où transitent les enfants adoptés en Communauté française ?

Pour faire le point sur toutes ces questions, Evelyne Huytebroeck, la Ministre de l’Aide à la Jeunesse en charge de l’adoption en Communauté française, a rencontré Roland Lafontant, directrice de la maison d’accueil "Enfant haïtien, mon frère" à Port-au-Prince, de passage à Bruxelles.

Rolande Lafontant a ainsi confié son émotion en retrouvant les enfants haïtiens adoptés par des familles en Communauté française. Une petite fête était organisée en son honneur le week-end dernier dans les locaux de "Sourires d’enfants", un organisme d’adoption belge agréé par la Communauté française. Cet organisme travaille depuis 25 ans avec la maison d’accueil "Enfant haïtien, mon frère".

Le bâtiment de "Enfant haïtien, mon frère" qui accueille 60 enfants et jeunes a été considérablement endommagé par le séisme. L’aide financière de 100.000 euros de la Communauté française est donc confiée à "Sourires d’enfants" (qui est aussi une ONG de coopération) pour reloger les enfants et acquérir un terrain où construire de nouveaux locaux pour la maison d’accueil.

Les adoptions d’enfants haïtiens sont toujours suspendues

Bouleversées par le drame survenu en Haïti, de nombreuses familles ont généreusement proposé d’adopter des enfants. Cependant, avant de penser à l’adoption internationale, il faut tout mettre en œuvre pour retrouver les familles des enfants qui en ont été séparés. L’expérience a démontré que, après une catastrophe naturelle, plusieurs mois sont nécessaires aux services sociaux et aux autorités compétentes locales pour clarifier la situation de chaque enfant, et que la plupart de ces enfants retrouvent leurs parents ou sont pris en charge par d’autres membres de leur famille.

Le service adoption de la Communauté française compte donc d’abord effectuer une mission en Haïti fin de cette année pour avoir une vision claire de la situation avant l’éventuelle reprise des procédures.

© E.Huytebroeck 2009 || contenu géré avec SPIP | graphisme Quentin Dal | animation L'Enclume | un site Vivao